Filière EOPAN

Acronyme pour «Élève Officier Pilote de l’Aéronautique Navale». Parcours de sélection et de formation qui est suivi pour devenir officier sous contrat de l’Aéronavale. Après 2 ans de formation, les candidats retenus sont engagés pour 8 ans, renouvelables jusqu’à 20 années de service aérien.

Les sélections

Pour accéder à la sélection, il faut déposer un dossier dans un des bureaux de recrutement de la Marine Nationale en satisfaisant aux conditions suivantes :

  • Être âgé de plus de 17 ans et moins de 23 ans ;
  • Être titulaire d’un baccalauréat général ou technologique.

Pré-sélection

Vous serez alors convoqué sur la BAN, la base d’aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic. Ces sélections sont organisées 3 fois par an environ.

Lors des trois jours de sélection, vous serez évalués sur de nombreuses épreuves, pour la plupart éliminatoires :

  • Matin du premier jour : test écrits : épreuve de connaissance aéronautique, épreuve d’anglais niveau TOEFL et tests psychotechniques (figues géométriques, suites logiques, orientation spatiale) ;
  • Après-midi du premier jour : entretien avec un psychologue d’environ 30 minutes qui teste la motivation et les connaissances sur l’Aéronavale. Départ des éliminés (environ 50%) ;
  • Matin du deuxième jour : Entretien en anglais, où il faut étudier un texte puis le résumer à l’oral et l’expliquer ;
  • Après-midi du deuxième jour : visite médicale d’aptitude aux épreuves sportives du lendemain ;
  • Matin du troisième jour : épreuves sportives avec 100 mètres crawl ou brasse en natation, monté de corde, détente sèche et Vaméval (épreuve d’endurance qui consiste à courir de plus en plus vite) ;
  • Après-midi du troisième jour : passage devant le Conseil de Sélection, jury de 5 personnes devant lesquelles vous devez montrer votre motivation.

À la fin des trois jours, un Conseil de Sélection prend sa décision, et les candidats retenus sont envoyés au Centre d’Expertise Médicale du Personnel Navigant à Toulon.

Visite médicale

Pendant 4 ou 5 jours, vous serez examinés sur le plan médical : analyses du sang et des urines, encéphalogramme, cardiogramme, radios de tout le corps, tests visuels et auditifs. La visite médicale se termine par un nouvel entretien auprès d’un psychologue, puis du médecin chef qui vous déclarera apte ou non au service aérien.

Mais cette semaine n’est pas terminée pour les 50 % de candidats aptes, qui doivent encore passer des tests psychotechniques, un entretien en anglais, et une épreuve sur simulateur.

Pour les candidats retenus à l’issue de ces deux sélections, tout n’est pas terminé : la commission de sélection choisit alors les meilleurs dossiers, qui pourront poursuivre leur sélection par les épreuves en vol.

Sélections en vol

Chaque année, environ une trentaine de candidats arrivent jusqu’à cette étape, et la moitié y échoueront.

C’est une sélection qui va durer 7 mois et qui va se dérouler sur un avion de voltige, le Mudry CAP 10.

Les deux premières semaines consistent en l’apprentissage par cœur des check-lists du CAP, et à l’étude détaillé des vols qui seront réalisées par la suite. Ensuite, les candidats peuvent suivre des cours théoriques dispensés par des pilotes et sanctionnés par des examens théoriques.

Ceux-ci validés, les vols pratiques ont lieu. Ils consistent en 12 missions de base, dont 1 de roulage au sol, 5 de tours de piste, et 6 de navigation. L’apprentissage des notions est progressif mais très soutenu. Par exemple dès le 3e vol l’élève doit pouvoir gérer toutes les communications radio, et dès le sixième il doit être capable de réaliser un looping.

Tout au long des vols, les élèves sont notés sur leurs aptitudes : toutes les étapes de chaque vol donnent lieu à une appréciation de couleur (rouge, jaune, vert ou bleu). Au bout de trois vols jaunes ou d’un rouge, c’est la convocation devant le Conseil d’Instruction, qui juge si l’élève peut poursuivre les sélections ou non.

De même, pendant les vols, l’instructeur peut émette une fiche d’observation, pour sanctionner un manquement aux procédures ou une faute de sécurité. Au bout de trois fiches, c’est également la convocation devant le conseil.

Si l’élève est sélectionné (ou plutôt n’a pas été éliminé) suite à ces vols, il peut poursuivre la formation de pilote, toujours sur CAP 10 mais pour des missions plus poussées : longues navigations, voltige avancée, vol en formation…

Il faut noter que l’élève a le statut de militaire à part entière, et perçoit dès le premier mois de sélection en vol un solde de niveau SMIC, majorée d’une prime de risque aérien de 25 % dès le premier vol.

Comment se préparer aux sélections EOPAN ?

Pour réussir aux sélections EOPN, il convient de se préparer à certaines épreuves. Pas besoin de chercher à s’entrainer aux tests psychotechniques, ils sont conçus pour que l’entrainement d’influe pas sur le score. Il est quand même utile de réviser les bases du calcul certains des tests : produits en croix, calculs de vitesse, résolution de systèmes simples d’équations, divisions de nombres à virgule.

Il est aussi conseillé de s’entrainer pour les épreuves sportives, dont les barèmes sont assez exigeants.

Le plus important cependant, est de se préparer aux entretiens. Il va falloir monter que vous êtes motivés par le métier de pilote et par la vie militaire. Des connaissances aéronautiques sont indispensables pour ces sélections, alors renseignez-vous sur le pilotage, sur les avions et les missions de l’Aéronavale et de la Marine en général. Une expérience en vol sera un plus pour les épreuves en vol, qui demandent une rapide adaptation. Mais ne prenez pas non plus trop d’habitudes de pilotage, car les procédures militaires diffèrent du civil.

Glossaire Aéronautique

Recherche alphabétique:
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z _
© 2012 Captain Janse S.A.R.L. / Tous droits réservés.