Autres vocations de pilote

Guide pratique

Vue de l'aile d'un avion en vol avec un beau lever de soleil

Même si les métiers de pilote les plus médiatisés sont ceux de pilote de chasse et de pilote de ligne, ce ne sont pas les seuls moyens de vivre de votre passion du vol.

Il existe de nombreux autres métiers de pilote, qui permettent bien souvent de passer bien plus de temps dans les nuages.

Pilote d’affaire

Un avion d'affaires en train de décoller

La vie d'un pilote d'affaire

Le pilote d’affaire transporte des passagers professionnels en déplacements d’affaire. Au service d’une compagnie spécialisée, il doit aller chercher son client sur un aéroport pour le conduire à destination. Ses vols sont donc plus diversifiés que ceux d’un pilote de ligne, mais ses horaires et conditions de travail sont généralement plus contraignants.

Le métier est donc assez différent de celui de pilote de ligne. Le pilote d’affaire est au service du client qui a loué l’appareil. Il n’a pas d’horaires fixes ni de lignes aériennes planifiées à suivre. Il doit être disponible 24 heures sur 24, tous les jours de la semaine, et ses journées de repos sont variables : un pilote peut travailler de manière intense pendant 3 semaines sans pouvoir rentrer chez lui, puis ne plus se voir affecter de vols pendant un mois.

Le profil des compagnies d’aviation d’affaire est assez variable : si certaines ne possèdent qu’un seul appareil et équipage, d’autres en ont plusieurs centaines. Les avions opérés peuvent être aussi bien des avions à turbopropulseurs comme le Beechcraft King Air, que sur des jets comme le Dassault Falcon ou le Cessna Citation. De cette diversité résultent des conditions de travail assez hétérogènes. Les salaires sont également variables, pouvant être assez faibles à très élevés.

Prérequis de formation

Le parcours pour devenir pilote d’affaire est généralement le même que pour devenir pilote de ligne : PPL, CPL, IR, MCC.

Cependant, il peut y avoir de nombreuses différences selon les compagnies : certaines demandent une QT sur un des types d’appareils de leur flotte, tandis que d’autres la prennent en charge.

De même, l’expérience requise est extrêmement variable : certaines compagnies de jets privés recrutent des débutants, et d’autres uniquement des pilotes très chevronnés.

Instructeur

Un pilote instructeur donnant une leçon en vol

Quotidien d'un pilote instructeur

L’instructeur est un pilote qui donne des cours de pilotage en vol pour permettre à un élève de recevoir une licence de pilote.

Il peut être salarié d’une école de pilotage, ou exercer dans un aéro-club. Mais dans les deux cas, il va devoir amener un élève-pilote qui n’a jamais pris les commande d’un avion jusqu’au lâcher en solo, puis au brevet.

C’est un métier très valorisant, car l’instructeur transmet son savoir. Mais c’est également un métier qui demande des qualités pédagogiques.

Un bon instructeur réussira à former ses élèves plus rapidement, et de manière plus sûre. Par conséquent, il doit parfaitement maitriser la règlementation aéronautique, le programme d’enseignement, et connaitre toutes les situations susceptibles d’être rencontrées pendant les vols d’instruction.

Il n’est cependant pas nécessaire d’attende d’être un vieux pilote pour devenir instructeur. Avec une expérience minimale et de bons talents de pédagogue, devenir instructeur assez tôt peut permettre à un pilote d’augmenter ses heures de vols et la qualité de son pilotage.

Les conditions de vie des instructeurs en aéroclub peuvent être assez précaires, le salaire étant assez faible, pour une disponibilité élevée. Dans les écoles de pilotage, le salaire est plus élevé, mais ces établissements forment également à des licences commerciales et exigent de leurs instructeurs des qualifications supplémentaires.

Voies d'accès

Instructeur n’est pas une licence, mais une qualification que l’on appose sur une licence. Il y a plusieurs catégories de qualifications d’instructeur : la plus répandue est FI (Flight Instructor), qui permet d’enseigner en vue du PPL. Il en existe de nombreuses autres, pour enseigner les différentes qualifications.

Par la suite, un instructeur pourra même prétendre à une ou plusieurs qualifications FE (Flight Examiner) qui lui permettront de faire passer les épreuves pratiques des licences et qualifications.

Le futur instructeur doit avoir 18 ans révolus, et soit :

  • Être titulaire d’une licence commerciale CPL et justifier de 200 heures de vol dont 100 en tant que commandant de bord ;
  • Être titulaire d’une licence privée PPL, justifier de 150 heures en tant que commandant de bord et passer un test théorique. Dans ce cas, il ne pourra exercer qu’à titre bénévole.

S’il satisfait à ces exigences, il peut s’inscrire à l’examen de pré-évaluation théorique, un QCM composé de 5 modules et 9 matières. Il faut obtenir au moins 90% de bonnes réponses en général, et au moins 75% pour chaque module. Le taux de réussite est assez faible, inférieur à la moitié des postulants.

Pour ceux qui réussissent, il leur faut suivre une formation théorique de 4 jours à l’ÉNAC, sanctionnée par une évaluation pratique.

Enfin, le futur instructeur doit suivre un stage de 5 semaines dans une école agréée FTO pour être qualifié instructeur.

Cette formation coûte environ 13000 €, mais peut faire l’objet de subventions si le candidat est présenté par un aéroclub et s’engage à effectuer 300 heures d’instruction bénévolement.

Pilote agricole

Un avion agricole en train d'arroser un terrain

Être pilote agricole

Le pilote agricole répand des traitements sur des surfaces cultivées, des forêts, des marais... Aux commandes d’un avion spécifique, généralement à train classique, il fait du vol de grande précision, à faible altitude et à lourde charge, tout en évitant les arbres, les pylônes électriques et autres clôtures.

Ce métier est vraiment particulier, car le pilote va opérer souvent loin de son aérodrome de rattachement, au plus près des zones à traiter. Il va voler très tôt le matin, puis en toute fin d’après-midi, quand les conditions sont les meilleures pour répandre les produits dont il est chargé. Il peut décoller et se poser depuis un champ si aucun aérodrome n’est à proximité, et peut assurer lui-même l’entretien de son appareil.

Le pilote va être amené à manipuler des produits parfois toxiques. Il doit donc parfois porter des tenues et des masques de protection pour se protéger des émanations.

Malgré l’apparence à priori répétitive du métier de pilote agricole, c’est en réalité une activité très variée, où le pilote doit être concentré sur son pilotage mais aussi sur sa charge utile. Il doit être très attentif sur sa vitesse et sa trajectoire pour que les produits soient correctement épandus.

Les conditions de vie du pilote agricole sont assez variables. Ses horaires et périodes de travail sont assez irréguliers. Le salaire d’un pilote agricole varie lui entre 3000 et 5000 € par mois selon l’entreprise qui l’emploie. Il peut également travailler à son compte en achetant son propre avion.

Prérequis de la formation

Le seul prérequis légal est d’être titulaire d’une licence commerciale CPL puisque le pilote va vivre de son activité.

Cependant, il doit être bien formé à cette activité, notamment pour réagir aux risques de pannes au ras du sol et à grande vitesse.

Il doit apprendre à prendre rapidement des décisions, doit être extrêmement concentré sur son pilotage, et doit apprendre à gérer une charge utile.

Il doit également être un bon observateur, car il ne doit pas larguer de pesticides si des individus sont en train de travailler dans la parcelle.

Le pilote agricole doit aussi être un bon mécanicien, car il peut être envoyé en mission loin de sa base, et devoir compter sur lui-même pour l’entretien de sa machine.

Remorqueur de planeur

Un remorqueur de planeur en train de tracter un planeur

Quotidien du pilote remorqueur

Le remorqueur de planeur est le pilote qui est chargé de tracter les planeurs au décollage.

Bien que beaucoup de pilotes remorqueurs de planeur soient des bénévoles, il est tout à fait possible d’exercer ce métier de manière professionnelle.

Le pilote de remorqueur fait partie de la vie du club de vol-à-voile. Il doit arriver tôt le matin, pour être prêt lorsque les premiers planeurs voudront décoller. Il doit tout d’abord sortir son avion remorqueur du hangar, compléter les pleins de carburant, contrôler l’état du câble de remorquage et l’accrocher à l’arrière de son avion.

Lorsqu’un planeur est prêt à partir et va s’aligner en bout de piste, le pilote du remorqueur vient se présenter devant lui. Le vélivole accroche alors la deuxième extrémité du câble de remorquage au nez du planeur, puis embarque et se sangle.

Le pilote du remorqueur fait un essai radio avec le planeur, puis lorsqu’il voit dans son rétroviseur les ailes du planeur à l’horizontale, il met les gaz, et l’attelage prend son envol.

La phase de vol avec un planeur en remorque est délicate à gérer : le taux de montée est plus faible qu’à vide, et il faut amener le planeur dans une zone propice le plus rapidement possible pour économiser le carburant.

Quand le planeur est prêt à se détacher, il bat des ailes puis largue le câble. À ce moment, le pilote du remorqueur doit renter le plus vite possible au terrain. Le plan de descente est très incliné, et le tour de piste est réduit au minimum.

Une fois posé, le pilote va se réaligner en bout de piste, et va remorquer un nouveau planeur. Dans la pleine saison, un pilote de remorqueur peut effectuer une trentaine de remorqués par jour

Enfin le soir, il est le dernier à partir, après avoir nettoyé et remisé son avion pour le lendemain.

Conditions d'accès

Pour devenir remorqueur, il est nécessaire d’avoir un brevet de pilote de planeur, un brevet de pilote avion PPL, et totaliser 150 heures en tant que commandant de bord, dont 50 en planeur et 50 en avion.

Dans ce cas-là, le remorquage s’effectue en tant que bénévole, ce qui permet toutefois d’augmenter ses heures de vol sans frais.

Pour être pilote de remorqueur à titre professionnel, il faut avoir une licence commerciale CPL. Dans ce cas, pas besoin d’avoir un brevet de pilote planeur.

Toutefois, ce brevet de pilote planeur est un vrai plus, car le pilote a ainsi l’expérience du remorqué, et connais les zones les plus propices où amener un planeur pour trouver des courants ascendants.

Si vous avez des questions, notre équipe sera heureuse de vous répondre. Ecrivez-nous par e-mail à l'adresse suivante:
questions-reponses[at]captainjanse.com
© 2012 Captain Janse S.A.R.L. / Tous droits réservés.